Mashrou’ Leila en concert

 

Le groupe de rock libanais Mashrou’ Leila (voir leur site officiel : مشروع ليلى) se produit à l’Elysée Monmartre le samedi 21 avril !

 

Plus d’info sur le site, ici !

Tunisie mon amie

Du 17 janvier au 20 février, la Tunisie est à l’honneur aux Lilas !

 

Venez assister aux spectacles, projections, ateliers, concerts et lectures pour découvrir ou redécouvrir la création tunisienne.

Plus d’infos sur le site de la ville des Lilas en cliquant ici !

 

HOMMAGE A WARDA avec Sanaa Moulali et l’ensemble Mazzika

 

 

 

En coproduction avec l’Institut du Monde Arabe, le Cabaret Sauvage présente une soirée en hommage à la grande WARDA avec Sanaa Moulali et l’ensemble Mazzika.

Samedi 10 mars 2018
Ouverture des portes 19h30 / Début du spectacle à 20h

Plus d’informations sur le site de l’événement : cabaret sauvage

Le Maghreb-Orient des livres de l’association Coup de soleil

L’association Coup de soleil organise sous le nom de Maghreb des livres une manifestation annuelle qui réunit les écrivains concernés par le Maghreb. La première édition a eu lieu en 1994, en concertation avec le Centre national du livre et dans les locaux de celui-ci. Elle se déroulait sur une demi-journée. La manifestation n’a cessé de croître et de se diversifier, chaque année, à l’automne, jusqu’en 2003, puis quatorze moins plus tard tout aussi régulièrement en début d’année à partir de février 2005.

 

C’est à l’hôtel de Ville de Paris du vendredi 2 février au dimanche 4 février inclus (entrée libre)

 

Vous pouvez également suivre la page facebook de l’événement : Maghreb Orient des livres

CABARET TAM TAM au Cabaret Sauvage

 

Spectacle musical !

Plongez dans la féerie des cabarets orientaux qui ont animé les nuits parisiennes

Mercredi 11 Mars 2015
Ouverture des portes 19h30 • Spectacle 20h30

Plus d’informations sur le site du Cabaret sauvage !

ARTHUR ET IBRAHIM de Amine Adjina

Le Tarmac – 159 avenue Gambetta – 75020 Paris – vous propose d’assister à la pièce d’Amine Adjina : Arthur et Ibrahim

De quoi ça parle ?

« Les Français ne nous aiment pas / Tu as vu comme ils parlent de nous à la télévision » :  lorsque son père lui dit ça, Ibrahim est bien embêté car son meilleur ami c’est Arthur, un Français, et « Arthur c’est pas pareil, c’est son copain ». Pourtant il ne veut pas décevoir son père. Heureusement, face à ce dilemme, Ibrahim trouve une solution : il propose à Arthur de devenir arabe. Mais « l’opération » n’est pas sans risque ni douleur…

Amine Adjina a puisé dans sa propre histoire de jeune Français d’origine algérienne pour écrire cette fable d’enfance et d’amitié. Avec ses deux petits héros confrontés aux certitudes adultes : celles de la maîtresse tout à son rôle éducatif difficile, celles de son père empêtré dans son déchirement de n’être pas d’ici et plus tout à fait de là-bas. À moins que ce ne soit l’inverse.

Un texte destiné aux jeunes spectateurs, dans lequel le rire et le tendre sont efficaces et donnent des accents de comédie à cette invitation au questionnement.

C’est du 29 janvier au 2 février 2018 :

lundi, mercredi, jeudi à 10h et 14h30 
mardi, vendredi à 10h

Durée du spectacle : 1h

Toutes les informations en cliquant sur ce lien !

LA GUERRE DE MON PERE un spectacle sur la guerre d’Algérie

 

La guerre d’Algérie hante nos consciences. Pensée comme un mal nécessaire pour certains, comme un gâchis par d’autres, elle est avant tout l’expression d’un peuple en lutte pour son indépendance. De nombreux jeunes Français furent appelés au nom « du maintien de l’ordre et de la pacification » à participer à une guerre, longtemps occultée. Comme parler d’une chose qu’on ne peut nommer ?
Sur la base d’interviews, La guerre de mon père retrace le parcours d’un homme de 45 ans qui enquête sur le silence de son père, parti faire son service militaire pendant les « évènements »…

Vendredi 24 novembre 14h30

Vendredi 24 et samedi 25 novembre 20h

Le Hall de la chanson, 211 avenue Jean Jaures, 75019 Paris

Toutes les informations sur l’évènement ici: http://www.mabeloctobre.net/creations/guerre-mon-pere/

conception Judith Depaule, Vincent Deslandres mise en scène, vidéo Judith Depaule scénographie Tanguy Nédélec musique Mell collaboration images Maria Loura Estevão, JSLB réalisation décor Tanguy Gauchet, Vincent Tronel et Sid Ali Zine stage mise en scène Cécile Roqué-Alsina avec Vincent Deslandres

production Mabel Octobre subventionnée par le Ministère de la Culture – convention Drac Île-de-France et la Région Île-de-France avec le soutien de la Drac Île-de-France dans le cadre de l’Aide à Résidence résidence de création Confluences, Paris

Maghreb des Films 2016

affiche-mdf-2016

FESTIVAL CINEMATOGRAPHIQUE

Le Maghreb des Films 2016 ce seront 46 films programmés dans 6 lieux parisiens, avec pratiquement un débat par séance !

Un focus tout particulier est mis cette année sur les femmes et les films de femmes du Maghreb, et sur la question des migrations, deux thèmes extrêmement d’actualité.

L’édition 2016 renouvelle et amplifie l’ambition militante de mettre tout particulièrement en avant les films indépendants, les gestes de production alternatifs, les expérimentations formelles, qui révolutionnent le paysage cinématographique maghrébin, sans parvenir toujours à franchir la Méditerranée. Ces gestes sont replacés en perspective par quatre soirées (du 24 au 28 novembre à 21h au Saint-André des Arts) de courts-métrages indépendants, amateurs, étudiants, censurés, interdits, retrouvés marocains et tunisiens.

Aller sur la page de l’évènement / voir le programme

Vernissage + concert gratuit de Souad Asla : jeudi 15 septembre à 19h00

14021727_1073731372716586_7519226315011820435_n

EXPOSITION

Exposition en entrée libre du mardi au jeudi de 13h00 à 20h00,
le vendredi de 16h00 à 20h00, le samedi et dimanche de 10h00 à 20h00.


Commissariat : Elsa Blanc & David Régnier

avec les œuvres de Zoulikha Bouabdellah, Mircea Cantor, Ninar Esber, Ymane Fakhir, Malek Gnaoui,
Mehdi-Georges Lahlou, Laurent Mareschal, Jean-Luc Moulène, Yazid Oulab, Martin Parr,
Younès Rahmoun, Naz Shahrokh et Abdelkrim Tajiouti.

Sacrées Graines interroge la portée symbolique d’un classique de l’alimentation méditerranéenne : le couscous. Partagé à l’occasion des fêtes et des cérémonies rituelles dans les cultures arabo-musulmanes, ce plat traditionnel est devenu l’un des mets préférés des Français. En proposant une lecture contemporaine des pratiques sociales, culturelles, spirituelles et politiques qui lui sont associées, l’exposition soulève des questions relatives à l’immigration, la transmission, l’identité, l’égalité femmes-hommes, la mondialisation, la citoyenneté… Les 13 artistes se jouent des clichés et des stéréotypes en détournant la graine de son usage premier. Ils exploitent son potentiel plastique pour en révéler l’énergie vitale et créatrice.

Aller sur la page de l’évènement

CINEMA — Sortie en salle le 23 décembre 2015

a-peine-jouvre-les-yeux-affiche_1

A peine j’ouvre les yeux

Un film de Leyla Bouzid

Tunis, été 2010, quelques mois avant la Révolution, Farah 18 ans passe son bac et sa famille l’imagine déjà médecin… mais elle ne voit pas les choses de la même manière.
Elle chante au sein d¹un groupe de rock engagé. Elle vibre, s’enivre, découvre l’amour et sa ville de nuit contre la volonté d’Hayet, sa mère, qui connaît la Tunisie et ses interdits.

Voir le site de Shellac

FESTIVAL — du 6 au 17 novembre 2015 — Noisy le Sec

m_couv_fffa2015

Film franco-arabe

Rendez-vous pour un voyage cinématographique dans le monde arabe !
Au programme : des avant-premières, de nombreuses rencontres avec des réalisateurs et des courts-métrages en compétition.

Cette 4ème édition est parrainée par Ludivine Sagnier et Mouloud Achour.

Lieu : Cinéma le Trianon, Romainville
Tarif unique: 3,50€

Voir le programme

PROJECTION — 5 novembre 2015 — ICI Goutte d’Or

vhs-kahloucha-8-300x225

VHS Kahloucha

Documentaire de Nejib Belkadhi

Ce documentaire tunisien réalisé en 2006 par Nejib Belkadhi suit le tournage d’un film amateur, le Tarzan des Arabes, par Moncef Kahloucha, peintre en bâtiment tunisien et fan de films de genre des années 1970. Cinéaste, acteur, décorateur, scénariste, distributeur, exploitant, ce toqué admirateur de Clint Eastwood et Bruce Lee, cumule tous les rôles, avec à son actif des remakes de Frankenstein ou Dracula qu’il produit et diffuse en VHS dans un café de quartier à Sousse. Le cinéma devient un terrain de transgression des interdits sociaux, une échappatoire au désoeuvrement dans ce quartier populaire de Sousse. Autour des frasques cinématographiques de cet hurluberlu, Nejib Belkadhi, dont c’est le premier long-métrage, dresse en creux le portrait d’une société tunisienne pleine de tensions et de contradictions et célèbre avec humour les pouvoirs du cinéma.

Nejib Belkadhi est un acteur, producteur et réalisateur tunisien. Après des études en gestion et marketing, il entame une carrière d’acteur au cinéma, au théâtre et à la télévision tunisienne. Il conçoit et réalise les premiers programmes satiriques du pays dont la célèbre émission culte Chams Alik.

Lieu : ICI Goutte d’Or, 56 rue Stéphenson, 75018 Paris
Programme : Kitsch ou pas kitsch ?
Tarif : Entrée Libre

Aller sur la page

EXPOSITION — du 28 avril au 26 juillet — IMA

exposition-hiphop

HIP-HOP

du Bronx aux rues arabes

Une exposition-événement à l’Institut du monde arabe, sous la direction artistique du rappeur Akhenaton, consacrée au mouvement Hip-Hop, devenu en une quarantaine d’années une culture universelle aux facettes multiples et souvent méconnues.

Voir le site

RENCONTRE — 5,6 et 7 juin — IMA

imageproxymvc

Les Rendez-vous de l’histoire du monde arabe

Première édition: la ville

En partenariat avec les rendez-vous de l’Histoire de Blois, l’Institut organise les premiers Rendez-vous de l’histoire du monde arabe du 5 au 7 juin prochains. La thématique de cette première édition, « la ville », sera abordée pendant ces trois journées ouvertes au public et gratuites.

Voir le site
Télécharger le programme

FILM — 4 juin 20h30 — Forum des images

36398-fatima

FATIMA

de Philippe Faucon

Fatima vit seule avec ses deux filles : Souad, 15 ans, adolescente en révolte, et Nesrine, 18 ans, qui commence des études de médecine. Fatima maîtrise mal le français et le vit comme une frustration dans ses rapports quotidiens avec ses filles. Toutes deux sont son moteur, sa fierté, son inquiétude aussi. Afin de leur offrir le meilleur avenir possible, Fatima travaille comme femme de ménage avec des horaires décalés. Un jour, elle chute dans un escalier. En arrêt de travail, Fatima se met à écrire en arabe ce qu’il ne lui a pas été possible de dire jusque-là en français à ses filles.

Voir le site